intelligent

intelligent, ente [ ɛ̃teliʒɑ̃, ɑ̃t ] adj.
• 1488; lat. intellegens intelligence
1Qui a la faculté de connaître et de comprendre. Les êtres intelligents. pensant.
2Qui est, à un degré variable, doué d'intelligence. capable, éveillé, habile, ingénieux, malin, perspicace, sagace. Peu, médiocrement intelligent. Supérieurement intelligent (cf. fam. Il, elle a oublié d'être bête). 1. brillant, surdoué.
Absolt Qui comprend vite et bien, s'adapte facilement aux situations (en ce qui concerne l'activité de l'esprit). Il n'est pas intelligent (cf. Il n'a pas inventé la poudre, le fil à couper le beurre, l'eau tiède). « Les gens disent : “Il est intelligent”, parce que vous êtes de leur avis » ( Vallès). (Animaux) Qui manifeste des traits (mémoire, etc.) assimilés à l'intelligence. Que ce chien est intelligent !
3(Choses) Qui dénote de l'intelligence. Visage, regard, front intelligent. Avoir l'air intelligent. Un choix intelligent. Réponse intelligente. Ça, c'est intelligent ! (aussi iron., pour une bêtise). 1. fort, malin. Par ext. « une cité “intelligente” équipée de réseaux câblés, monétique, informatique, etc. » (Le Point, 1989). Des armes intelligentes.
Inform. Qui possède des moyens propres de traitement et une certaine autonomie de fonctionnement par rapport au système informatique auquel il est connecté. Un terminal intelligent.
⊗ CONTR. Abruti, bête, borné, imbécile, inepte, inintelligent, sot, stupide.

intelligent, intelligente adjectif (latin intelligens, -entis) Se dit de l'être humain en tant qu'il conçoit et saisit les rapports entre les choses : L'homme est un être intelligent. Se dit, par analogie avec l'être humain, d'animaux, de machines automatiques, etc. Qui fait preuve de discernement, de jugement, de bon sens : C'est un type intelligent. Qui dénote l'intelligence : Un regard intelligent. Se dit d'un bien dont la maintenance ou le fonctionnement sont assurés par un dispositif automatisé capable de se substituer, pour certaines opérations, à l'intelligence humaine : Voiture, immeuble intelligents.intelligent, intelligente (citations) adjectif (latin intelligens, -entis) Jean Cocteau Maisons-Laffitte 1889-Milly-la-Forêt 1963 Académie française, 1955 Dès qu'un poète se réveille, il est idiot. Je veux dire intelligent. Opium Stock Victor Hugo Besançon 1802-Paris 1885 Quand on n'est pas intelligible c'est qu'on n'est pas intelligent. Tas de pierres Éditions Milieu du monde Paul Morand Paris 1888-Paris 1976 Académie française, 1968 On finit par s'habituer aux gens intelligents. L'Europe galante Grasset Boris Vian Ville-d'Avray 1920-Paris 1959 Le malheur avec un type intelligent, c'est qu'il n'est jamais assez intelligent pour ne pas se dire qu'il est le plus intelligent. En verve P. Horayintelligent, intelligente (expressions) adjectif (latin intelligens, -entis) Familier et ironique. C'est intelligent !, souligne qu'une action est stupide. Terminal intelligent, terminal interactif doté de moyens informatiques propres, qui le rendent apte au prétraitement ou au postraitement. ● intelligent, intelligente (synonymes) adjectif (latin intelligens, -entis) Se dit de l'être humain en tant qu'il conçoit et...
Synonymes :
Qui fait preuve de discernement, de jugement, de bon sens
Synonymes :
- compétent
- doué
- expérimenté
- génial
Contraires :
- bête
- borné
- bouché (familier)
- crétin
- imbécile
- sot
Qui dénote l' intelligence
Synonymes :
- éveillé
- pétillant
Contraires :

intelligent, ente
adj. Qui a de l'intelligence; qui dénote l'intelligence. élève intelligent. Comportement intelligent.

⇒INTELLIGENT, -ENTE, adj.
A. — [Correspondant à intelligence I; en parlant d'un être animé, p. oppos. à l'inanimé] Doué de la fonction mentale d'organisation du réel en pensées (chez l'homme), en actes (chez l'homme et l'animal). De la plus humble Monère jusqu'aux Insectes les mieux doués, jusqu'aux Vertébrés les plus intelligents, le progrès réalisé a été surtout un progrès du système nerveux (BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 127) :
1. Ce qui produit l'effet des monuments druidiques, c'est que leur état brut semble appartenir à l'aveugle et impitoyable nature, leur caractère symbolique à des êtres intelligents : l'idée de l'intelligence séparée de celle de l'humanité.
MICHELET, Journal, 1833, p. 112.
P. anal. [Dans certains systèmes philos., certaines conceptions relig. ou certaines visions poét. animistes] On ne pouvait concevoir l'univers-Dieu sans le concevoir vivant de la vie universelle, et intelligent d'une intelligence également universelle (DUPUIS, Orig. cultes, 1796, p. 375). Vous ne ferez jamais concevoir le mouvement elliptique et constant d'une planète autour du soleil, sans l'idée d'un être intelligent qui a créé ces forces, les a balancées et les entretient (BERN. DE ST-P., Harm. nat., 1814, p. 110).
Emploi subst. Ce qui fait la dignité de l'homme, c'est autant que sa vertu son intelligence. Les anges rebelles étaient des intelligents et Dieu les a honorés de sa colère (PÉLADAN, Vice supr., 1884, p. 245).
B. — [Correspond à intelligence I A; en parlant de l'être hum. p. oppos. à l'animal] Doué de la fonction mentale d'organisation du réel en pensées. L'être intelligent conçoit sa parole avant de produire sa pensée (BONALD, Législ. primit., t. 1, 1802, p. 242) :
2. ... on peut être matérialiste, panthéiste, sceptique, sans cesser d'appartenir à la communauté humaine, à la société des êtres intelligents et moraux. C'est la pensée et la conscience qui nous font hommes, et non leur détermination spéciale.
AMIEL, Journal, 1866, p. 147.
[P. méton.] Il a fallu des milliers d'années de vie intelligente pour soupçonner l'électricité (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Homme de mars, 1889, p. 1180).
Emploi subst. Et ces pleins de tendresse et ces pleins de misère Faisaient les radieux et les intelligents (PÉGUY, Ève, 1913, p. 826).
[Détermine un subst. concernant la faculté d'intelligence même] De l'intelligence. Synon. intellectuel (usuel), intelligentiel (rare). Facultés intelligentes :
3. ... au-dessous de l'activité intelligente, qui aurait en effet à opter entre l'intérêt personnel et l'intérêt d'autrui, il y a un substratum d'activité instinctive primitivement établi par la nature, où l'individuel et le social sont tout près de se confondre.
BERGSON, Deux sources, 1932, p. 33.
Emploi subst. masc. sing. à valeur de neutre. C'est un fait remarquable que le va-et-vient des théories scientifiques de l'instinct entre l'intelligent et le simplement intelligible, je veux dire entre l'assimilation de l'instinct à une intelligence « tombée » et la réduction de l'instinct à un pur mécanisme (BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 177).
1. [Correspond à intelligence I A 1; au plan qualitatif]
a) [Dans un sens très large]
) [En parlant de l'être hum., sujet de la fac. d'intelligence] Doué de l'ensemble des fonctions psychiques et psycho-physiologiques concourant à la connaissance et à la compréhension de la nature des choses et de la signification des faits; doué de la faculté de connaître et de comprendre. Nul autre que l'être intelligent ne peut dire, je veux, j'aime, j'agis, je suis (BONALD, Législ. primit., t. 1, 1802, p. 254). C'est l'homme en tant qu'être intelligent qui me servira d'exorde (LACORD., Conf. N.-D., 1848, p. 123) :
4. ... quand on voit chez des êtres intelligents s'en aller peu à peu l'esprit, la grâce, le sentiment, tout ce qui fait l'être humain, jusqu'à ce qu'il n'y ait plus sur le lit de douleur qu'une pauvre brute stupide et vagissante, on a conscience d'assister à la dissolution lamentable d'une créature et non à son glorieux départ.
CUREL, Nouv. idole, 1899, I, 6, p. 181.
[P. oppos. à instinctif; le subst. déterminé est un coll.] Types parfaits d'association que représentent une société d'insectes et une société humaine (...), l'une instinctive et l'autre intelligente (BERGSON, Deux sources, 1932, p. 122).
) [P. méton., en parlant de qqc.]
[En parlant du cerveau, de la tête] Qui est le siège de l'intelligence. L'argot (...) désigne le cerveau, c'est-à-dire la partie intelligente de la tête humaine, par ce mot pittoresque de « Sorbonne » (PONSON DU TERR., Rocambole, t. 3, 1859, p. 441).
[Détermine un subst. abstr. désignant l'objet auquel l'intelligence s'applique] Qui fait intervenir les facultés intellectuelles, l'intelligence; qui nécessite et révèle de l'intelligence, de la réflexion, du jugement. Pensée intelligente, réfléchie; parole, discours intelligent(e); conversation intelligente, substantielle, savante. Les lieux communs peuvent être intelligents ou sots, je n'en sais rien et ne vois aucun moyen de le savoir jamais avec rigueur (PAULHAN, Fleurs Tarbes, 1941, p. 148) :
5. Vraiment, il n'y a pas ici assez d'intellectualité. Je ne demande pas qu'on cause littérature, mais qu'on cause de choses intelligentes. Dès qu'on ne parle plus cuisine ou généalogie locale, dès que la conversation s'élève un peu, devient intéressante un sombre ennui monte à la figure des châtelains et la leur fait toute grise.
GONCOURT, Journal, 1889, p. 1035.
[P. oppos. à ce qui fait seulement intervenir la force physique ou l'habileté, l'habitude ou la routine] Il m'avait promis de me trouver quelque chose : un travail intelligent et suffisamment payé (DUHAMEL, Terre promise, 1934, p. 240).
Par antiphrase, fam. Sot, stupide. Synon. malin. C'est intelligent, des plaisanteries pareilles! (Lar. Lang. fr.).
[Qualifie le résultat concr. du travail de l'intelligence] Pensé, conçu et réalisé par un esprit, un homme intelligent. Des façades nobles, élégantes, bien liées entre elles et disposées selon des angles intelligents (HUGO, Rhin, 1842, p. 352). Les seuls films supportables de cette semaine étaient anglais (...). Imparfaits, mais intelligents, humains (MAUROIS, Journal, 1946, p. 224).
P. ext. Lucide, conscient. Ceci est l'adieu complètement intelligent, encore plein de vie, (...) d'une âme (...), car moi j'arrive au lieu du repos (BALZAC, Lys, 1836, p. 321).
b) [Correspond à intelligence I A 1 d; en parlant de l'être hum.; p. oppos. à la notion d'instinct ou de sensibilité; dans un sens strict] Doué de l'ensemble des facultés mentales supérieures intervenant dans l'activité conceptuelle de l'esprit et visant à la connaissance discursive; doué de raison. Étude de deux natures dont l'homme se compose : de la nature sensible et passionnée et la raisonnable ou l'intelligente (MAINE DE BIRAN, Journal, 1820, p. 266). Je suis sorti de la froide et noble raison, de mon état normal d'homme intelligent; j'ai retrouvé l'instinct animal (BARRÈS, Cahiers, t. 6, 1907, p. 230).
2. [Correspond à intelligence I A 2; au plan quantitatif]
a) [En parlant de l'être hum.]
) [Précédé d'un adv. à valeur quantitative] Doué (à un degré variable) d'intelligence. (Être) peu/trop intelligent, remarquablement/supérieurement intelligent, aussi intelligent (que qqn), le plus intelligent (d'un groupe); ne pas être bien intelligent. Un pauvre paysan très peu intelligent, une espèce d'idiot (HUGO, Misér., t. 1, 1862, p. 338). Il était fort intelligent, d'une intelligence à la fois réfléchie et pénétrante (GROUSSET, Croisades, 1939, p. 193) :
6. Tout le monde, m'a-t-il dit, me trouve un sale caractère, mais on me juge intelligent. Ce n'est pas vrai, je suis bête. Je ne le dis à personne. Moi seul, je suis assez intelligent pour comprendre combien je suis bête.
DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 31.
[P. oppos. à la notion d'affectivité ou celle d'intuition] Le visage, d'un blanc de porcelaine, aigu dans l'en bas comme celui des êtres plus intelligents que passionnés (BARB. D'AUREV., Memor. 4, 1858, p. 109). — Vous n'êtes pas du tout bête, — lui disais-je, — vous n'êtes pas très intelligente... Mais vous avez des intuitions étonnantes (MAUROIS, Climats, 1928, p. 79).
) [Employé sans adv., p. oppos. à inintelligent] Doué d'une aptitude à la connaissance, d'un développement des capacités intellectuelles, d'une intelligence bon(ne) ou supérieur(e) à la moyenne. Enfant, élève, lecteur intelligent. Ce n'est pas à un autre homme intelligent qu'un homme intelligent aura peur de paraître bête (PROUST, Swann, 1913, p. 191). Lorsqu'un homme intelligent s'efforce de ne pas comprendre, il y parvient naturellement beaucoup plus habilement qu'un sot (GIDE, Journal, 1948, p. 317).
Par antiphrase. Ils disent encore, les gens, Que tu n'es pas intelligente : Eux, ce qu'ils sont intelligents, C'en est une chose touchante (VERLAINE, Œuvres compl., t. 3, Dans les limbes, 1894, p. 101).
♦ [P. oppos. à la notion d'instinct] Je suis fort, moi! J'ai des biceps, moi! Je suis une brute, moi! Je ne suis pas intelligent, moi! Mais j'ai de l'instinct, moi, et moi, sans le savoir, je fais tout de même de belles choses (RENARD, Journal, 1893, p. 178).
Emploi subst. Personne d'une intelligence bonne ou supérieure à la moyenne. En écoutant ainsi d'une manière flatteuse, c'est admirable ce que l'on obtient de bêtise des imbéciles; mais aussi de suc des intelligents (GIDE, Journal, 1905, p. 150) :
7. Burty soutenait, ce soir, que tout doit s'incliner devant l'instinct des masses. Les instinctifs, c'est ainsi qu'il les appelle, — sans conscience du sentiment qui les mène, doivent commander une obéissance, qui n'est pas due à la science, à la connaissance, à l'étude, à la réflexion. C'est déclarer que les plus bêtes sont les intelligents.
GONCOURT, Journal, 1871, p. 767.
b) P. méton. [En parlant de qqc.; précédé d'un adv. à valeur quantitative]
) [Détermine un subst. désignant un élément de l'aspect extérieur de la pers.] Qui exprime de l'intelligence. La mariée était charmante, d'une beauté plus intelligente, plus spirituelle, plus artistique que la beauté des mariées de tous les jours (GONCOURT, Journal, 1872, p. 893). Elle avait l'énorme nez de sa mère, des yeux moins vifs et l'air moins intelligent, mais on la devinait meilleure (GYP, Souv. pte fille, 1927, p. 211).
[Employé sans adv., p. oppos. à inintelligent] Qui exprime, révèle un développement des facultés intellectuelles, une intelligence bon(ne) ou supérieur(e) à la moyenne. Tête, visage, physionomie, profil, front, laideur, allure intelligent(e); yeux, mains intelligent(e)s. Rares, les figures intelligentes d'hommes intelligents. Des laideurs étudiées comme des têtes de cannes (RENARD, Journal, 1892, p. 119). Abondance de têtes énergiques, de regards intelligents, d'expressions sérieuses et réfléchies (J.-R. BLOCH, Dest. du S., 1931, p. 40).
[Au niveau de la voix] Il disait : « Oui, oui, oui, oui, oui, je comprends très bien », avec une netteté et un ton intelligent qui me firent quelque temps illusion (PROUST, Sodome, 1922, p. 792).
P. ext.
Qui exprime, signifie quelque chose; qui est chargé de sens. Le maître, d'un regard intelligent, humain, Interroge sa femme en lui serrant la main (VIGNY, Destinées, 1863, p. 95).
Qui exprime la lucidité, la conscience. Dans cette minute dernière, elle dut se voir mourir, elle rouvrit des yeux intelligents, dilatés par l'horreur (ZOLA, Joie de vivre, 1884, p. 979).
) [Détermine un subst. abstr. désignant l'objet auquel l'intelligence s'applique] Qui fait (plus ou moins) intervenir les facultés intellectuelles; qui nécessite et révèle de l'intelligence, de la réflexion, du jugement. Livre fort intelligent. Cette imitation souvent peu intelligente et exclusive [de l'antique] (...) ôte à cette école [de David] le principal caractère des écoles classiques, qui est la durée (DELACROIX, Journal, t. 3, 1857, p. 23). De toutes les dispositions de l'esprit, l'ironie est la moins intelligente (SAINTE-BEUVE, Poisons, 1869, p. 121).
3. [Correspond à intelligence I A 3; en parlant de l'être hum.; suivi d'un compl. désignant l'objet de la connaissance] Intelligent de qqc., vieilli. Qui est capable d'appréhender quelque chose par l'intelligence, qui le comprend avec aisance, qui en a une connaissance approfondie. Les deux Anglais étaient sobres de paroles, gauches de manières, mais très-passablement intelligents des beautés de la contrée (TOEPFFER, Nouv. genev., 1839, p. 391). Auditeurs ignorants en harmonie, mais intelligents du beau sous toutes ses formes! (VERLAINE, Œuvres compl., t. 4, Mém. veuf, 1866, p. 277).
P. méton. Religion intelligente de la condition de l'homme et de ses espérances (GOZLAN, Notaire, 1836, p. 194).
4. [Correspond à intelligence I A 4 c; dans le cadre du dualisme de la matière et de l'esprit] Qui est immatériel, qui est pure intelligence. Synon. spirituel; anton. matériel, corporel. La cité de Dieu est intelligente elle-même. Rien n'est matière dans les demeures de l'esprit (CHATEAUBR., Martyrs, t. 1, 1810, p. 182).
C. — [Correspond à intelligence I B; en parlant de l'être hum. ou de l'animal, en partic. des vertébrés supérieurs] Doué de la fonction mentale d'organisation du réel en actes :
8. ... l'homme est le plus intelligent des animaux. Anaxagore en donne la raison : « L'homme est le plus intelligent des animaux parce qu'il a des mains ». Observation saisissante! Si les plantes, les animaux, les hommes participent à l'intelligence universelle, ils ne sont pas tous également à même d'en user...
BARRÈS, Voy. Sparte, 1906, p. 71.
[P. méton.] Les deux autres [traits de l'intelligence animale] paraissent tenir à des lois générales des comportements intelligents : nous les retrouverons dans les actes d'intelligence pratique des enfants et des hommes (G. VIAUD, L'Intelligence, Paris, P.U.F., 1969, p. 38).
P. anal. [En parlant d'un végétal] L'Orchis ou Anacamptis pyramidalis, (...) une des plus intelligentes [orchidées] a ajouté à sa lèvre inférieure (...) deux petites crêtes qui guident la trompe de l'insecte (MAETERL., Intellig. fleurs, 1907, p. 170).
1. [Correspond à intelligence I B 1; en parlant d'un être hum. ou d'un animal placé dans des circonstances nouvelles pour lesquelles l'instinct, l'apprentissage ou l'habitude n'apporte aucune solution] PHILOS., PSYCHOL. Doué de l'aptitude (plus ou moins développée) à appréhender et organiser les données de la situation, à mettre en rapport les procédés à employer avec le but à atteindre, à choisir les moyens ou à découvrir les solutions originales qui permettent l'adaptation aux exigences de l'action.
a) [En parlant d'un animal] Doué d'intelligence pratique dans la mesure où il y a adaptation du comportement et de l'activité aux circonstances :
9. La psychologie comparée nous apprend que, plus un animal est intelligent, plus il tend à réfléchir sur les actions par lesquelles il utilise les choses et à se rapprocher ainsi de l'homme...
BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 188.
P. anal. [S'applique, en dehors de l'ordre des vertébrés, à des animaux (principalement à des arthropodes) accomplissant par instinct des actes que les animaux supérieurs ou l'homme accomplissent par intelligence]. L'abeille et la fourmi nous donnent la haute harmonie de l'insecte. Toutes deux, hautement intelligentes, sont élevées comme artistes, architectes, etc. L'abeille, de plus géomètre. La fourmi, remarquable surtout comme éducatrice (MICHELET, Insecte, 1857, p. 357).
[P. méton.] Qui nécessite et révèle de l'intelligence pratique. Quand, par extraordinaire, des abeilles nidifient à l'air libre, elles inventent des dispositifs nouveaux et véritablement intelligents pour s'adapter à ces conditions nouvelles (BERGSON, Évol. créatr., 1907, p. 143). Elle a fait, en me voyant, quatre ou cinq pas, de cet air brusque, décidé, terriblement intelligent des araignées (DUHAMEL, Maîtres, 1937, p. 161).
b) [En parlant d'un être hum.] Qui, en toutes circonstances, adapte avec aisance un comportement et une activité éclairés par la réflexion. Il s'est conduit en homme intelligent (Ac. 1878-1935). Fort adroit, fort souple, fort intelligent, il servait d'intermédiaire pour toutes sortes de transactions (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Bar., 1887, p. 1300). Berthier (...) voulait que l'officier d'état-major fût, non l'auxiliaire intelligent et doué d'initiative, mais l'instrument aveugle du chef (CLEMENCEAU, Iniquité, 1899, p. 413) :
10. Ce ne sont pas les lions que je crains, ni les coups de sabre, mais les rats et les piqûres d'épingle. L'habileté pratique d'un être intelligent consiste à savoir se préserver de tout cela. À cela, comme en tout, il y faut de l'art, et surtout de la patience.
FLAUB., Corresp., 1846, p. 372.
Emploi subst. Il vivait dans cette dépendance de la magistrature mal payée, acceptée seulement des médiocres, et où les intelligents se dévorent, en attendant de se vendre (ZOLA, Bête hum., 1890, p. 73).
[P. méton.] Qui nécessite et révèle de l'intelligence pratique. Je n'eus plus qu'une pensée : sauver à force de soins intelligents, de fidélités attentives, d'ingéniosités merveilleuses, sauver M. Georges de la mort (MIRBEAU, Journal femme ch., 1900, p. 133). La première manche de son combat avec l'hippogriffe, il l'avait gagnée par une fuite intelligente (MONTHERL., Démon bien, 1937, p. 1312) :
11. En somme [écrit Janet], quand ils cherchent quelqu'un qui les aime, ils veulent (...) une personne qui les défende, les aide, les flatte, les remonte perpétuellement : ce qu'ils veulent, c'est un esclavage intelligent, capable de faire pour eux avec habileté tous les actes demandant de la tension qu'ils sont incapables de faire.
MOUNIER, Traité caract., 1946, p. 490.
SYNT. Comportement, conduite, action, activité intelligente; direction, organisation, gestion, collaboration intelligente; prudence intelligente; démarches, procédés intelligents; prendre une part active et intelligente à (une action).
(Ne pas) trouver (un comportement/un acte) (très) intelligent (de la part de qqn). Tu trouves ça intelligent, toi ce flirt avec Nicole? (BOURDET, Sexe faible, 1931, II, p. 334).
2. [Correspond à intelligence I B 2; seulement en parlant de l'être hum.] Qui est ingénieux, habile et efficace dans la conduite de son activité; qui s'entend, se connaît bien à une activité. Former une petite troupe d'acteurs, suffisamment intelligents, habiles, et bien dressés — pour improviser sur tel scénario proposé (GIDE, Journal, 1916, p. 529). Je savais (parce que tout le monde le disait) qu'il était intelligent. Non seulement il avait très bien réussi au Maroc, mais il était devenu un grand homme d'affaires (MAUROIS, Climats, 1928, p. 200).
(Être) intelligent dans qqc. Être intelligent dans les affaires. Il est fort intelligent (...) dans les négociations (Ac. 1798-1935). Le peuple des fabriques, peuple intelligent dans les travaux manuels (BALZAC, Cous. Pons, 1847, p. 311). (Être) intelligent de qqc. Elle l'aurait voulu plus intelligent des choses de l'amour, plus naturel, plus brutal (FRANCE, Dieux ont soif, 1912, p. 64).
[P. méton.] Qui nécessite de l'ingéniosité, de l'habileté et de l'efficacité; qui les manifeste.
a) [Détermine un subst. désignant une activité] On rapporta une véritable récolte de végétaux sauvages (...) qu'une culture intelligente devait bientôt modifier (VERNE, Île myst., 1874, p. 283). Le billard est un jeu intelligent (RENARD, Journal, 1904, p. 887).
b) [Détermine un subst. concr. désignant ce qui intervient à titre d'instrument, d'outil, dans l'activité] Mains intelligentes. Lambrequins refouillés par un ciseau intelligent (GAUTIER, Fracasse, 1863, p. 490). Joie de la main exacte, des doigts intelligents, les gros doigts d'où l'on voit sortir la fragile œuvre d'art! (ROLLAND, C. Breugnon, 1919, p. 25) :
12. Devant lui sautille la bête perfide [le ballon], à demi captive, irritée,
qu'on mène à coups de caresses rageuses et de l'intérieur du pied,
et ses pieds sont intelligents, et ses genoux sont intelligents.
MONTHERL., Olymp., 1924, p. 340.
c) [Détermine un subst. concr. désignant le résultat matériel de l'activité] Très intelligente gravure en couleurs (GONCOURT, Ét. art, 1893, p. 158).
Prononc. et Orth. : [], [-(l)i-], fém. [-]. Cf. intellect et intelligence pour Pt ROB. Att. ds Ac. dep. 1694. Étymol. et Hist. 1. 1420 adj. (et subst.) « (celui) qui connaît bien (un art, une technique) » (Traité d'Emmanuel Piloti ds Chev. au cygne, éd. de Reiffenberg, p. 319 (et 320)); 2. 1488 « qui a la faculté de connaître » (La Mer des Histoires, I, 170d, éd. 1491 ds Rom. Forsch. t. 32, p. 91). Empr. au lat. intellegens « connaisseur », part. prés. de intellegere « comprendre ». Fréq. abs. littér. : 3 390. Fréq. rel. littér. : XIXe s. : a) 2 681, b) 5 167; XXe s. : a) 6 354, b) 5 539. Bbg. JOURJON (A.). Rem. lexicogr. R. Philol. fr. 1917-18, t. 30, p. 147.

intelligent, ente [ɛ̃teliʒɑ̃, ɑ̃t] adj.
ÉTYM. 1488; « qui est expert dans un art, le connaît bien », 1420; lat. intellegens, intelligens, de intellegere « comprendre », de inter-, et legere « recueillir » et « lire ». → Intelligence.
1 Qui a la faculté de connaître et de comprendre ( Intelligence). || Les êtres intelligents. Pensant. || L'Être suprême, intelligent, infini… (→ Cause, cit. 4; esprit, cit. 28). || L'homme, être intelligent. Pensant (→ Conscience, cit. 14; gnostique, cit. 1). || « Tout obéit dans ma machine à ce principe intelligent » (La Fontaine; → Agent, cit. 2). || Le monde, animé et intelligent, selon Pythagore (→ Éther, cit. 1).
1 Je ne sais si nous avons raisonné jusqu'ici bien ou mal; mais je sais que nous avons raisonné, et que nous sommes tous les trois des êtres intelligents : or des êtres intelligents ne peuvent avoir été formés par un être brut, aveugle, insensible; il y a certainement quelque différence entre les idées de Newton et des crottes de mulet. L'intelligence de Newton venait donc d'une autre intelligence.
Voltaire, Dialogues, XXIV, XVII.
2 (Personnes). Qui est, à un degré variable, doué d'intelligence (I., 2.). || Un enfant très intelligent. || Il, elle est vraiment intelligent(e). → (fam.) Il, elle a oublié d'être bête. || Des hommes intelligents, supérieurement intelligents (→ Approcher, cit. 21; arriver, cit. 40; énoncer, cit. 4; façonner, cit. 16). Aigle. || Être peu, médiocrement intelligent (→ N'avoir pas inventé la poudre, le fil à couper le beurre). || Esprit intelligent. Beau (belle intelligence), brillant (→ Foisonner, cit. 7; gravure, cit. 3). || Plus, moins intelligent que… (→ Exquis, cit. 13; haine, cit. 19). || Élève, soldat, agent (cit. 6), employé intelligent. Adroit, astucieux, capable, clairvoyant, entendu, éveillé, 1. fort, habile, ingénieux, malin, perspicace, sagace (→ Allant, cit. 3; engager, cit. 17; honteux, cit. 13).Population, société, administration, autorités… intelligentes (→ Grand, cit. 53).Être intelligent dans les affaires, dans les finances (→ Gros, cit. 22, Voltaire). || Être intelligent en… || « Être intelligent c'est au premier chef, être méfiant » (cit. 2).
2 (…) quand le peuple sera intelligent, alors seulement le peuple sera souverain (…)
Hugo, Littérature et philosophie mêlées, 1834, VII.
3 Les gens disent : Il est intelligent, parce que vous êtes de leur avis.
J. Vallès, le Bachelier, p. 65.
3.1 Nous savons trop ce que c'est que les paroles d'un orateur de talent, d'un littérateur intelligent. Un militaire intelligent, il nous semble que c'est peut-être une nouvelle sorte d'intelligence, que nous ne connaissons pas, et dont la révélation nous donnera une sensation nouvelle, qu'elle ne doit pas être aussi verbale.
Proust, Jean Santeuil, Pl., p. 653.
4 Intelligente, elle l'était des pieds à la tête. Sa beauté même — ses gestes, ses mouvements, ses traits, les plis de ses lèvres, ses yeux, ses mains, sa maigreur élégante, — était le reflet de son intelligence; son corps était modelé par son intelligence; sans son intelligence, elle eût paru laide.
R. Rolland, Jean-Christophe, La révolte, p. 426.
5 Il y a longtemps que je suis las d'entendre dire que l'un est intelligent et l'autre non. Je suis effrayé, comme de la pire sottise, de cette légèreté à juger les esprits.
Alain, Propos, 25 avr. 1921, Fruits de la confiance.
6 (…) être intelligent, c'est comprendre, c'est entendre. Ce n'est pas seulement comprendre les idées, les choses, les faits qui rentrent dans votre tempérament, dans vos habitudes d'esprit, etc., c'est comprendre également les idées, les choses, les faits qui vous sont différents, contraires, et les plus divers (…) être intelligent, c'est, après connaître exactement sa propre façon de sentir et de penser, pouvoir encore se prêter à toutes les autres.
Paul Léautaud, Journal littéraire, 11 févr. 1906.
(Animaux). Qui se comporte avec adresse, vivacité, manifeste des traits (mémoire, etc.) assimilés à l'intelligence. || Ce chien est remarquablement intelligent.
3 (Choses). Qui dénote de l'intelligence. || Visage, regard, œil intelligent (→ Bordée, cit. 4; cacher, cit. 20, Balzac). || Un front intelligent. || Comportement, conduite, procédés intelligents (→ Habitude, cit. 42). || Un choix, un goût intelligent (→ Former, cit. 9, Gautier). || Un farniente (cit. 3) intelligent. || Une imitation (cit. 12) intelligente. || Réponse intelligente. || Ça, c'est intelligent ! 1. Fort, malin. || Ce n'est pas très intelligent de sa part.
7 De toutes les dispositions de l'esprit en effet, celle qui est la moins intelligente, c'est l'ironie.
Sainte-Beuve, Chateaubriand, t. I, p. 160.
8 Court de taille, les épaules épaisses, le visage décidé, les yeux clairs et intelligents, Rambert portait des habits de coupe sportive et semblait à l'aise dans la vie.
Camus, la Peste, p. 22.
CONTR. Abruti, âne, bête, borné, bouché, bourrique, brutal, bûche, butor, déraisonnable, faible, fou, imbécile, inepte, inintelligent, sot, stupide.
DÉR. Intelligemment.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • intelligent — intelligent, ente (in tèl li jan, jan t ) adj. 1°   Pourvu de la faculté de concevoir, de comprendre. •   Je parle, je chemine : Je sens en moi certain agent ; Tout obéit dans ma machine à ce principe intelligent, LA FONT. Fabl. X, 1. •   La… …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • Intelligent — In*tel li*gent, a. [L. intelligens, intellegens, entis, p. pr. of intelligere, intellegere, to perceive; inter between + legere to gather, collect, choose: cf. F. intelligent. See {Legend}.] [1913 Webster] 1. Endowed with the faculty of… …   The Collaborative International Dictionary of English

  • intelligent — 1 Intellectual, *mental, cerebral, psychic 2 Intelligent, clever, alert, quick witted, bright, smart, knowing, brilliant are comparable when they mean mentally quick or keen. Intelligent implies greater than average power to use one s mind… …   New Dictionary of Synonyms

  • intelligent — UK US /ɪnˈtelɪdʒənt/ adjective ► able to learn and understand things quickly and easily: »A lot of thoroughly intelligent, sensible people have fallen for the salesman s charm. »a highly intelligent businessperson »an intelligent… …   Financial and business terms

  • intelligent — Adj std. (18. Jh.) Entlehnung. Entlehnt aus l. intellegēns ( entis), dem PPräs. von l. intellegere (intellēctum) verstehen, wahrnehmen, erkennen , zu l. legere zusammennehmen, ins Auge fallen, aussuchen und l. inter . Das lateinische Wort zu gr.… …   Etymologisches Wörterbuch der deutschen sprache

  • intelligent — Intelligent, [intellig]ente. adj. Pourveu de la faculté intellective, capable d entendre, & de raisonner. L homme est un estre intelligent. l Ange est une substance intelligente. En ce sens il n a guere d usage qu en ces phrases. Il signifie plus …   Dictionnaire de l'Académie française

  • intelligent — in·tel·li·gent adj: having or indicating a high or satisfactory degree of intelligence and mental capacity; esp: having or indicating an understanding of the nature and consequences of an act or decision a knowing and intelligent waiver of… …   Law dictionary

  • intelligent — intelligent: Das Adjektiv mit der Bedeutung »einsichtsvoll, ‹sach›verständig; klug, begabt« wurde im 18. Jh. aus lat. intelligens, intelligentis (Nebenform von intellegens) entlehnt. Dies ist Part. Präs. von intellegere (< *inter legere) »mit… …   Das Herkunftswörterbuch

  • intelligent — [in tel′ə jənt] adj. [L intelligens, prp. of intelligere: see INTELLECT] 1. having or using intelligence; rational 2. having or showing an alert mind or high intelligence; bright, perceptive, informed, clever, wise, etc. 3. a) designating or of a …   English World dictionary

  • intelligent — (adj.) c.1500, a back formation from intelligence or else from L. intelligentem (nom. intelligens), prp. of intelligere, earlier intellegere (see INTELLIGENCE (Cf. intelligence)). Intelligent design, as a name for an alternative to atheistic… …   Etymology dictionary

Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.